Rendement locatif et délai de relocation : le classement des grandes agglomérations

Les taux d'intérêts au plancher depuis de nombreux mois encouragent l'investissement locatif, aussi bien dans le neuf que dans l'ancien. Ceci engendre une hausse des prix des logements et pénalise le rendement locatif. Certaines villes sortent pourtant du lot et affichent un rendement de plus de 6%. Attention pourtant au délai entre deux périodes de location.

Marché de l'ancien dynamique et prix en hausse

Selon la Fnaim (Fédération nationale des agents immobiliers), le cap des 900 000 logements anciens vendus sur un an a été franchi fin juin. Soit une progression de près de 10% sur 12 mois. Cette activité dynamique influe sur les prix des logements. L'augmentation moyenne est estimée à 4% sur un an, et derrière des disparités locales : les prix baissent à Limoges, Dijon, Clermont-Ferrand ou encore Le Havre entre 1% et 3%, ils explosent de 5% voire plus à Paris, Lille, Marseille, Lyon et Bordeaux.

Ces variations ont une incidence sur le marché locatif et pénalisent ou au contraire favorisent le rendement d'un investissement locatif.

Rendement locatif entre 6% et 9%

En début d'année, la Fnaim a mis en place l'Observatoire des Statistiques des Locations (OSLO), un organisme qui a recensé, entre le 1er avril 2016 et le 31 mars 2017, les 250 000 références locatives enregistrées sur l'ensemble du territoire. Les données recueillies dans près de 200 communes permettent entre autre de connaître les villes où le rendement locatif est le meilleur. Un investissement locatif est réussi s'il est rentable, c'est-à-dire si les recettes apportées par les loyers sur un an, déduits des charges annuelles et après imposition sur les revenus fonciers, excèdent les frais d'acquisition.

L'OSLO se contente de prendre en compte les recettes locatives par rapport à l'investissement. Selon ses calculs, c'est à Saint-Etienne (9,3%) que le rendement brut est le plus élevé, suivi de Montpellier (6,40%), Dijon, Toulon, Le Havre ou encore Orléans et Reims (entre 6,10% et 6,30%). Paris est la ville la moins rentable avec 3,4%. En revanche, un paramètre indispensable pour tout investisseur est observé : le délai de relocation, c'est-à-dire l'attente entre deux périodes de location. Il est de 13 jours à Lille, 31 à Bordeaux, 33 à Paris, 40 à Rennes, mais jusqu'à 100 à Dijon, Saint-Etienne ou au Havre.

source : Fnaim/OSLO, locations du 1er avril 2016 au 31 mars 2017



Astrid Cousin

Publié le mercredi 12 juillet 2017

Partager cet article :
Article précédent: Avez-vous le bon profil pour investir en Pinel ?
Article suivant: Le Pinel, chronique d'une mort annoncée