Immobilier : la taxation des plus-values des SCPI.

Contrairement à l'immobilier classique où le délai entre le compromis et la vente effective prend en moyenne 3 mois. La société de gestion organise au moins une fois par mois (parfois de manière hebdomadaire) une séance de confrontation sur le marché secondaire. Un carnet d'ordres répertorie l'ensemble des ordres d'achat et de vente, avec des prix fixés librement entre acheteurs et vendeurs pour les SCPI à capital fixe. On parle alors de marché de gré à gré. Pour les SCPI à capital variable, le prix est défini par la société de gestion selon la dernière expertise du patrimoine et c'est elle qui rachète les parts. Dans le premier cas, le vendeur passe un ordre auprès de la société de gestion pour exprimer le nombre de parts à céder à un prix d'exécution qui est le prix net vendeur. Si l'échange a lieu, il se fait au prix d'exécution, c'est-à-dire que le montant est au moins égal à la demande du cédant. Pour fixer son prix, le cédant a tout intérêt à vérifier le prix d'exécution atteint lors de la dernière séance de confrontation. La société de gestion retient une commission de 5% HT sur le produit de la vente et reverse directement aux services de l'Etat la taxe éventuelle sur la plus-value.

Si vos parts détenues dans une SCPI affichent des plus-values latentes, envisagez leur cession, d'autant plus si vous les détenez depuis au moins de 15 ans. Passez votre ordre à la société de gestion au minimum une semaine avant la prochaine séance de confrontation. Ne négligez pas les revenus supplémentaires que peuvent vous apporter les parts d'une SCPI : avec un rendement autour de 6%, ce placement est un bon complément pour la retraite. A mettre en perspective à côté de l'avantage fiscal avant la réforme.



Partager cet article :
Article précédent: Immobilier neuf : prix en baisse en 2012.html
Article suivant: Immobilier : les établissements EHPAD ont la cote.