Impôts : votre pouvoir d'achat sera-t-il pénalisé avec le prélèvement à la source ?

Impôts : votre pouvoir d'achat sera-t-il pénalisé avec le prélèvement à la source ?

Le prélèvement de l'impôt à la source pourrait avoir un impact sur le pouvoir d'achat des Français. Faut-il prendre au pied de la lettre cette déclaration faite en mars dernier par le président du Medef Pierre Gattaz ?

Le prélèvement à la source entrera en vigueur au 1er janvier 2019. Invité du grand Jury RTL/Le Figaro/LCi le 25 mars dernier, Pierre Gattaz s'est dit préoccupé par une mesure engagée brutalement, sans préparation, estimant qu'un délai d'un an est nécessaire pour faire des tests avant sa mise en place. Le président du Medef craint non seulement des disparités entre salariés, mais également "un gros problème psychologique à gérer, peut-être récessif" avec un impact sur la consommation et le pouvoir d'achat. Qu'en sera-t-il réellement ?

Prélèvement à la source = nouvelle collecte de l'impôt

D'un point de vue comptable, le prélèvement à la source ne change en rien le calcul de l'impôt. Il s'agit uniquement d'une modification du mode de collecte. Les entreprises vont prélever l'impôt sur les fiches de paie avant de le transmettre à Bercy. Auparavant, l'administration fiscale leur aura remis le taux de prélèvement à appliquer pour chaque salarié en fonction de la déclaration des revenus 2017 à remplir dans le courant de l'été 2018. Ce taux sera actualisé chaque année en septembre.

C'est bien connu, les Français sont réfractaires au changement. Toute réforme, d'autant plus si elle est fiscale, est perturbante pour les contribuables et peut être mal vécue si elle manque d'approche pédagogique. Concrétement, le salaire net mensuel va diminuer, puisqu'il sera amputé de l'impôt prélevé directement "à la source". Peu d'incidence sur le pouvoir d'achat annuel, mais l'effet psychologique pourrait restreindre les dépenses de consommation des Français.

En France, 7 paiements de l'impôt sur 10 sont mensualisés.

Prélèvement à la source = mensualisation de l'impôt

Le prélèvement à la source n'est autre qu'une mensualisation de l'impôt. Bon nombre de contribuables sont déjà mensualisés et bénéficient en outre de la possibilité de faire varier les mensualités en fonction de leurs rentrées d'argent. Pour eux, le prélèvement à la source devrait être moins lourd sur leur budget, puisqu'il s'effectue sur 12 mois et non sur 10 jusqu'à présent. Le problème est que l'impôt en France reste une usine à gaz, entre les quotients familiaux et les multiples niches fiscales, la hausse de la CSG et la baisse des charges sociales, les contribuables français doivent aujourd'hui se coltiner 2018, "année blanche" par abus de langage, mais année complexe pour tous. Le CIMR (Crédit d'Impôt de Modernisation du Recouvrement) s'applique cette année, un mécanisme qui efface l'impôt sur les revenus récurrents de l'année 2018. Les impôts sur les revenus 2017 seront en revanche perçus. Les revenus exceptionnels de 2018 seront taxés en 2019.

Quel taux de prélèvement pour un couple ?

L'impôt continuera d'être calculé au niveau du foyer fiscal : un même taux pour chaque conjoint. Il sera néanmoins possible de demander un taux individualisé en cas de disparités de revenus. Le taux de prélèvement pourra être neutre, c'est-à-dire correspondant au seul salaire si le salarié souhaite plus de confidentialité sur ses revenus vis-à-vis de l'employeur. Chacun pourra demander une mise à jour de son taux de prélèvement en fonction des changements de situation familiale ou des variations de revenus.









Hervé Labatut

Par , le mardi 24 avril 2018

Partager cet article :
Article précédent: Investissement locatif : le Pinel, ruineux pour les dépenses publiques
Article suivant: Immobilier : comment les communes vont compenser la suppression de la taxe d'habitation