Impôts à la source : les Français préfèrent le taux standard

Impôts à la source : les Français préfèrent le taux standard

Au 1er janvier 2019 entre en vigueur le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu. Chaque contribuable a la possibilité de choisir le taux qui lui sera appliqué. Ceux qui ont déjà fait leur déclaration en ligne ont écarté le taux neutre et le taux individualisé, préférant, et de loin, le taux fixé par l'administration fiscale.

3 taux d'imposition, même calcul de l'impôt

La campagne des déclarations des revenus 2018 s'est achevé fin juin, le 5 juin exactement pour les 60% de contribuables ayant choisi de le faire en ligne. Les Français ont pu découvrir le taux d'imposition standard ou personnalisé qui sera appliqué par le fisc dès janvier 2019 sur les revenus du foyer fiscal. L'administration offre toutefois la possibilité d'opter pour un taux différent :

  • le taux individualisé : le prélèvement des impôts est réparti entre les conjoints, chacun bénéficie d'un taux en fonction de ses revenus propres, celui qui gagne plus payant plus, sans qu'il y ait d'incidence sur le montant total de l'impôt dû ;
  • le taux neutre : ce taux s'applique uniquement sur la rémunération versée par l'employeur, évitant que ce dernier connaisse le niveau réel d'imposition. Au contribuable de régler la différence auprès du Trésor Public si l'application du taux neutre conduit à un prélèvement moins important.

Rappelons que le prélèvement à la source ne change en rien le calcul de l'impôt dû.

Le taux neutre ou la crainte d'être redressé ?

Sur l'ensemble des déclarations faites en ligne, seul 1,3% des contribuables a opté pour le taux neutre. Une surprise alors que ce taux est censé garantir la confidentialité vis-à-vis de l'employeur. Dans un récent sondage*, 15% des personnes interrogées déclaraient être séduites par le taux neutre. Mises en situation, elles ont donc écarté cette velléité. Cette formule contient, il est vrai, trois inconvénients de taille :

  1. le barème utilisé pour fixer ce taux est quasiment celui d'un célibataire sans enfant, donc très pénalisant pour la plupart des contribuables ;
  2. le risque est de faire une grosse avance de trésorerie au fisc et d'attendre un an pour être remboursé ;
  3. en cas de taux plus avantageux que le taux standard ou personnalisé, le contribuable doit calculer lui-même le complément à verser chaque mois, une erreur pouvant être sanctionnée d'une majoration.

Le taux individualisé, pourtant intéressant pour les couples avec des disparités salariales, n'a convaincu que 7,6% des déclarants.

Les résultats ne sont que provisoires, puisque les contribuables ont jusqu'au 15 septembre pour adapter leur prélèvement à la source. Ils témoignent cependant d'une certaine méfiance des Français à l'égard de ce nouveau mode de collecte de l'impôt sur le revenu.


*sondage réalisé en juin 2018 par Harris pour le cabinet Yce Partners








Gerard Mihranyan

Par , le mardi 3 juillet 2018

Partager cet article :
Article précédent: Loi Pinel
Article suivant: Prélèvement de l'impôt à la source : la réforme est reportée en 2020 pour les salariés employés par des particuliers