Immobilier, plan d'épargne, actions...les meilleurs placements selon votre âge

Immobilier, plan d'épargne, actions...les meilleurs placements selon votre âge

À chaque âge ses stratégies financières, en fonction des objectifs et des priorités que l'on s'est fixés. Se constituer une épargne en vue de financer un projet ou investir pour préparer sa retraite, les placements judicieux sont multiples pour mieux anticiper l'avenir.

Jeunes actifs : tout est possible

Avant 30 ans, le monde est à vous et la règle pour disposer à terme d'un certain capital est d'épargner régulièrement, à savoir tous les mois pour instaurer une saine routine, d'autant que mettre de l'argent de côté quand on entre dans la vie active demande un effort certain, entre les dépenses contraintes (loyer, assurances, auto,...) et les loisirs qu'on veut s'offrir avec cette nouvelle liberté apportée par les premiers revenus.

Le grand classique des produits d'épargne de précaution est sans hésiter le Livret A, placement qui a déjà 200 ans et dont le succès ne se dément pas malgré la baisse des rendements. Avec le Livret de Développement Durable (LDD), le Livret A présente de nombreux avantages, à commencer par la souplesse et la facilité d'utilisation : épargne disponible à tout moment, carte de retrait, pas de frais, possibilité de virements sur le compte courant.

Il est aujourd'hui difficile de soutenir le plan d'épargne logement (PEL) dont le taux de rémunération des plans ouverts après le 1er août 2016 est lui aussi bien maigre (1%) et dont les intérêts sont désormais entièrement fiscalisés et ne permettent plus de bénéficier de la prime d'État. En revanche, l'assurance vie constitue toujours et à tout âge un excellent placement en dépit de rendements en chute constante ces dernières années (taux entre 1,6% et 2,5% pour les fonds en euros en 2018). Épargne au long court qu'il convient de garder au moins 8 années pour optimiser la fiscalité, ce produit est adapté même si vous n'avez aucun projet précis et ne disposez pas de fonds importants. De nombreux contrats peuvent être ouverts avec une centaine d'euros.

À 40 ans : tentez les placements boursiers

Le maître-mot : diversification, une assurance contre l'ignorance, mais pas n'importe comment. Et pour reprendre une célèbre maxime de Warren Buffet, "Règle numéro 1 : ne perdez jamais d'argent. Règle numéro 2 : n'oubliez jamais la règle numéro 1". À l'âge où on est plus à l'aise financièrement, c'est le moment de prendre plus de risques pour dynamiser des rendements que les taux d'intérêts des fonds obligataires n'offrent plus. Miser sur les placements en actions est certes plus risqué car le capital n'est pas garanti, mais à terme cela doit rapporter plus, si toutefois vous n'êtes pas pressé. Soyez patient, ne vendez pas à la première faiblesse de la bourse. Actions en direct, fonds communs de placement (FCP), Sicav,...les produits sont nombreux et doivent être diversifiés dans plusieurs secteurs économiques, zones géographiques et classes d'actifs. La solution la plus simple est de vous constituer un portefeuille composé de plusieurs lignes de titres (compte-titres) en souscrivant un Plan d'Epargne Entreprise (PEE), un Plan d'Épargne en Actions (PEA) ou/et un contrat d'assurance vie.

Sous réserve que votre entreprise en propose un, le PEE se révèle la meilleure option, car l'épargne se constitue au fil de votre participation ou/et primes d'intéressement, et peut être abondée le cas échéant par l'employeur, ce qui permet de tripler les versements et de booster au passage le rendement. Les frais de gestion sont à la charge de l'employeur et en dehors des exceptions prévues par la loi (mariage, pacs, divorce, rupture de contrat de travail,...), l'épargne est bloquée au moins 5 ans. Le choix des fonds est très large, de même qu'en assurance vie, ce qui n'est pas le cas du PEA, uniquement destiné à accueillir des actions européennes ou des fonds investis en actions.

À 50 ans : préparez votre retraite

Le moment est venu d'envisager votre sortie de la vie professionnelle et de penser à votre retraite, à l'heure où le gouvernement engage une grande réforme des pensions. La retraite par répartition a montré ses limites et ne suffira pas à maintenir votre niveau de vie quel que soit le futur schéma mis en place. Si ce n'est pas déjà fait, investissez dans l'immobilier, seul placement qu'on peut financer à crédit. Avec les taux d'intérêts au plancher (autour de 1% sur 15 ans), vous pouvez vous constituer un patrimoine immobilier en vous endettant à moindres frais. Achetez un bien locatif neuf et profitez du dispositif de défiscalisation Pinel qui permet de réduire vos impôts entre 12% et 21% de l'investissement (selon engagement locafif). D'autres statuts sont possibles avec la location meublée (Censi-Bouvard, LMNP ou LMP), qui permet d'obtenir immédiatement un déficit foncier en déduisant les frais liés à l'acquisition, puis de neutraliser vos revenus imposables sur une longue durée grâce à l'amortissement.

Votre entreprise propose peut-être le Perco, Plan d'épargne collectif pour la retraite, qui a l'avantage de prévoir une sortie en capital défiscalisée. Si vous êtes travailleur indépendant, pensez au Plan d'Epargne Retraite Populaire (PERP, accessible à tous) ou à un contrat Madelin. L'un comme l'autre permettent de réduire vos impôts, car les versements sont déduits de votre revenu imposable (plafonds). Vous bénéficiez de la garantie du capital et les gains crédités chaque année vous sont définitivement acquis. Ces deux produits se dénouent en rente viagère, avec, pour le PERP, la possibilité d'une sortie partielle en capital à hauteur de 20% de l'épargne constituée.

À partir de 60 ans : jouez la prudence

C'est l'heure de sécuriser votre épargne en réorientant les supports investis en actions vers les fonds en euros. Cette précaution est automatiquement effectuée par la banque qui gère votre contrat si vous avez souscrit un PERP multisupport (sauf PERP à gestion libre) ou un Perco. Une fois à la retraite, vous pouvez disposer des fonds, vous pouvez aussi attendre quelques années si la nécessité financière ne se précise pas encore, ce qui permettra d'augmenter votre épargne. Attention, avec un PERP ou un contrat Madelin, la sortie se fait en une seule fois, au contraire de l'assurance vie ou du PEE qui permet de récupérer l'argent au fil des besoins par des retraits partiels.



Hervé Labatut

Par , le jeudi 5 septembre 2019

Partager cet article :
Article précédent: Immobilier : une loi pour réconcilier locataires et propriétaires